11ème édition du Forum social mondial

Du 6 au 11 février 2011 Dakar la capitale du Sénégal accueille la 11ème édition du FSM (Forum social mondial), la plus grande rencontre des mouvements altermondialistes.

par Mimoun Rahmani
7 février 2011

À rappeler que la première édition du FSM a eu lieu au Brésil en 2001, au même moment où s’organisait le Forum économique mondial de Davos, marquant ainsi la naissance du mouvement altermondialiste. Il est à signaler, par ailleurs, que dès le début des années 1990, les contestations, mobilisations et luttes contre le capitalisme dans toutes ses formes ont pris une dimension internationale, et donné naissance à un mouvement anti-mondialisation à l’échelle planétaire. De la lutte des Chiapas au Mexique, à partir de 1994, jusqu’aux mobilisations à Seattle contre le sommet de l’OMC en 1999, en passant par plusieurs rencontres et mobilisations contre le G8, le FMI et la Banque mondiale, contre le sommet de Davos, etc. Des centaines de milliers de militants, représentant diverses organisations des différents coins du monde ont pris l’habitude de se rencontrer pour manifester leur colère contre les guerres, contre la domination par le capital… Ayant tous la pleine conviction qu’il faut désormais se « mondialiser » pour pouvoir résister à la mondialisation néolibérale.
La naissance du Forum social mondial à Porto Alegre en 2001 va marquer alors le passage de l’anti-mondialisation à l’altermondialisation. Dès lors le mouvement altermondialiste ne cesse de grandir et les Forums sociaux d’essaimer.

Cependant, le FSM de Dakar semble mal parti. D’après les informations qu’on a, le processus de préparation est très en retard, les commissions mises en place il y a 2 ans n’ont pas fait leur travail pour des raisons liées essentiellement à leurs incompétences et leur manque d’expérience. Mais surtout du fait que le nouveau recteur de l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) voulait remettre en cause la décision prise il y a plusieurs mois de mettre à la disposition du comité d’organisation les locaux de l’université. Ce problème a été réglé mais les négociations ont pris du temps au détriment de la préparation logistique. Du coup, à une journée d’ouverture du FSM, le programme n’est pas encore prêt et la répartition par salles des activités autogérées n’est pas encore faite ! Il est très probable alors qu’à la première journée (7 février) les participants seront un peu perdus. Si le problème n’est pas réglé au plus vite ce sera la panique totale.

L’autre problème de ce 11ème FSM sera certainement la coupure fréquente d’électricité à Dakar, problème qui persiste depuis plusieurs mois sans que les autorités ne prennent des décisions concrètes. C’est la société Senelec, jusqu’ici publique, qui se charge de la gestion de l’énergie au Sénégal et qui relève directement du ministère de l’énergie dont le chef (ministre) n’est autre que Karim Wade le fils du président, accusé de détournement de fonds et de mauvaise gestion, dont l’objectif consiste à la destruction du secteur de l’énergie et préparer ainsi sa privatisation, et la première société intéressée n’est autre que l’EDF « Electricité de France ». D’ailleurs, le mouvement Hip Hop (l’un des mouvements les plus engagés et les plus contestataires dans les banlieues de Dakar) réclame un audit au niveau du ministère et en particulier de la SENELEC. Quant aux jeunes des quartiers de Dakar, ils ont trouvé une solution de brûler des pneus chaque fois qu’il y a obscurité !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s